Texte d’initiative prévu

Initiative populaire fédérale pour une

« Education Equitable »

 

La Constitution fédérale est complétée comme suit :

 

Article 62 Instruction publique

nouveau :

(7) Les cantons pourvoient à une formation suffisante pour tous les enfants et adolescents présentant un haut potentiel intellectuel au plus tard jusqu’à leur 20e anniversaire.

 

 

Argumentation

 

L’initiative « Education équitable » vise à garantir que les enfants et les adolescents à haut potentiel intellectuel (HPI) bénéficient, jusqu’à la fin de leur 20e année, d’un enseignement adapté à leurs besoins. 

 

Actuellement, dans la quasi-totalité des cantons, les écoles (commune) ou les autorités scolaires n’assurent qu’un encouragement partiel des enfants et des adolescents à haut potentiel intellectuel. Les frais sont à la charge des communes et des autorités scolaires.

La mise en œuvre d’un soutien adapté aux besoins des enfants et des adolescents affichant un HPI dépend des conditions financières des communes concernées ainsi que de la sensibilité et de la formation du corps enseignant. Malheureusement, il n’existe pas d’offre globale fiable.

L’individualisation des cours, la fréquentation de certaines matières dans une classe supérieure et le fait de sauter une classe ne suffisent que très rarement. Il est nécessaire de leur faire suivre régulièrement des cours spéciaux avec d’autres enfants HPI et de les dispenser de l’enseignement ordinaire.

Jusqu’à présent, les familles concernées doivent organiser le soutien en dehors de la scolarité et le financer par leurs fonds privés. Les familles à faibles revenus ne peuvent pas le faire, ce qui exacerbe l’inégalité en matière d’éducation.

 

Ces enfants et ces adolescents s’ennuient souvent horriblement et ne peuvent échapper à cette situation en raison de l’insuffisance de défi intellectuel et de la forte sous-stimulation dans l’enseignement ordinaire. Cela peut entraîner des symptômes graves pour les personnes concernées (problèmes d’attention, troubles psychosomatiques, épisodes dépressifs, troubles du comportement, etc.). Le coût des traitements médicaux et psychothérapeutiques est pris en charge par la collectivité.

 

Les cantons financent et mettent déjà en œuvre un soutien juste et important en faveur des enfants et des adolescents présentant des déficiences ou des handicaps scolaires. Or, les besoins éducatifs particuliers des enfants et des adolescents bénéficiaires d’un HPI sont trop souvent négligés en raison du manque de ressources et de sensibilisation.

 

La Suisse ne peut et ne doit plus se permettre cette injustice en matière d’éducation. Chaque enfant a droit à un enseignement correspondant à ses capacités et à ses dons. Notre pays a besoin de personnes dotées d’un haut potentiel intellectuel pour faire face aux défis sociétaux, économiques et publics qu’il rencontre. L’intelligence et les capacités de tous les enfants sont la ressource la plus précieuse que nous possédions. A moyen et à long terme, la Suisse entière profitera de ces investissements supplémentaires.